Pour une insurrection écologique!

Posted on 28 septembre 2011

0


 

Pour une insurrection écologique!

 

Le système joue à dénoncer ses travers, le capitalisme promet sa moralisation, le libéralisme fait dans la contrition grandiloquente, l’écologisation a vraiment bon dos pour revitaliser son deal tout en muselant toute contestation. L’économie verte, celle qui propose de poser des rustines sur la planète, n’est elle-même qu’un monstrueux blanchiment vert et c’est bien pourquoi ses sbires organisent une chasse aux sorcières.

 

Troisième millénaire: mauvais karma pour l’espèce humaine

 

L’écologisme de pacotille n’arrêtera pas le massacre, il tendra à l’accélérer.

On nous bourre le mou, on nous roule dans la farine, on nous fait avaler des couleuvres en voie d’extinction.

L’invention du développement durable tombe sous le coup de l’écoblanchiment, sauf à prouver que, sur une terre aux ressources définies et finies, qui plus est exsangue et surpeuplée, le développement puisse durer! Cette formule oxymore d’inquisition verte n’a pas d’autre objectif que de maintenir le système jusqu’à l’agonie.

Dans l’écologiquement correct, vaste secte de la langue de bois, il n’y a aucune place pour la diversité d’opinions. Point de salut hors du cosmétique et du faux-semblant.

À vouloir ménager la chèvre du capital et le chou bio, le  client» (la cible, comme ils disent…) risque de perdre les pédales.

 

Écolo, mais pas trop, n’est-ce pas ?

On ne peut tout de même pas arrêter la machine, fermer les usines de bagnoles et de bidets, juger Monsanto & Co lors d’un Nuremberg de l’écologie, prohiber les élevages en batteries et tous le bin’s des maîtres du monde.

Et le pouvoir va continuer à exhorter à la procréation: mieux vaut sauver les retraites que la planète! La vie invivable de nos enfants sera donc celle d’otages sur une Terre-poubelle.

Dans écolo, dans bio et dans toute la satanée syntaxe verte, le foutage de gueule n’est jamais bien loin, c’est toujours limite, c’est affaire de créneau.

C’est con, mais nous, immensément naïfs et trop peu psychopathes, on voulait y croire!

Tromperie, trahison, entourloupe, esbroufe, boniment, manipulation, double langage, marché de dupes, arnaque, calcul politique…

Les charognards qui nous gouvernent se jouent de nous en nous encourageant dans l’inoffensive révolte écologiquement correcte de l’humble colibri… Cette simplicité volontaire de l’édenté autarcique serait donc la seule figure d’écologie radicale qui soit montrable sur les plateaux de Vivement Dimanche. Parce que Vivement le Grand soir prête désormais à rire. Ils t’ont eu Camarade ! Tu le savais pourtant bien qu’accepter l’aumône retarderait la révolution.

 

Ça mène à quoi tout ça?

D’abord à une suspicion grandissante à l’égard des tribuns autoproclamés, de leurs sempiternels effets d’annonce et de leur sotte tautologie récurrente. A malin, malin et demi.

Ensuite et grave, à force de masques et de dérision, ça risque même de porter atteinte à la cause, à démobiliser les bonnes volontés déjà pas si nombreuses.

 

Pour une insurrection écologique!

Si ma vision décapante mais lucide est la vôtre, si vous pensez sans jamais avoir osé le dire qu’il y quelque chose de pourri au royaume récupérateur de l’écologisme, qu’il y a ceux qui trient leurs déchets et ceux qui les bouffent, qu’il y en a marre des prédicateurs fourbes au gros nez vert, résistez!

Nous n’avons plus le temps de nous laisser piéger, seule l’écologisme volontaire et radical pourrait – peut-être – sauver les restes.

 

Devenir écorésistant, c’est aussi une question de dignité!

 

À discuter et à commenter ce jour sur Agoravox : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pour-une-insurrection-ecologique-101456

Tous mes articles sur Agoravox : http://www.agoravox.fr/auteur/michel-tarrier-73943

 

Michel Tarrier

Écologue, écosophe, polémiste