– 2011: 7 milliards de nous / Stop ou encore?

Posted on 31 juillet 2011

0


On peut lire et commenter cet article ici :

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2668_Terre_7_milliards_habitants.php

 

2011: 7 MILLIARDS DE TERRIENS, DÉJÀ!

Chaque seconde correspond à 5 naissances: une véritable overdose pour notre planète!

Tableau de bord. Le 17 janvier à 19h36 débuta la rédaction de cet article et le compteur de l’INED (Institut national d´études démographiques) affichait: 6.950.060.265 habitants. Le même jour, à 22h15 quand s’acheva cette rédaction, le même compteur marquait: 6.950.083.783 terriens. 23.518 nouveau-nés avaient donc vu le jour en l’espace d’à peine 3 heures.

De toutes les actus qui nous parviendront en 2011, il y a fort à parier que la plus sensationnelle (dans le vrai sens du mot) sera l’annonce du cap des 7 milliards d’humains que nous franchirons dans le courant de l’année. Ce n´est pas rien puisque nous n’étions que 3 milliards en 1960, c’est-à-dire «hier».

De 65’000 à 5’000 ans avant J.-C., la population mondiale est estimée avoir varié entre 6 et 8 millions d’humains. Depuis l’an 1 de l’ère chrétienne, notre Monde est passé de 250 millions à 7 milliards d´habitants. Passée de 100 millions à l’âge du bronze à 200 millions d’individus au Moyen Âge, c’est surtout à partir du XIXsiècle que la démographie montre une excroissance, notamment induite par les progrès agraires, économiques et sanitaires (auparavant seuls 2 des 6 enfants mis au monde survivaient jusqu’à l’âge de la procréation). .En augmentant de 4 milliards, la population planétaire a triplé depuis 1950Entre 1900 et 2000, notre effectif est passé de 1,65 à 6,06 milliards, le six milliardième Être humain ayant vu le jour à Sarajevo le 12 octobre 1999.Le rythme de croissance de la population mondiale est actuellement de 74 millions d’’individus chaque année (quotidiennement 203.800 personnes), certaines expertises proposent même le chiffre de 1’000 millions de naissances par décennie. On s’accorde aujourd’hui à avancer les chiffres semi scientifiques de 80 à 106 milliards d’humains ayant peuplé la Terre au fil de nos 4000 générations.

En guise de rapide survol des populations record, on dénombre: plus de 1,3 milliard de Chinois (avec le bénéfice de la politique volontariste de l´enfant unique appliquée depuis 1979), presque 1,2 milliards d´Indiens, 230 millions d´Indonésiens, quasiment 200 millions de Brésiliens.

Au niveau des continents, celui Asiatique rassemble 4,2 milliards de personnes, suivi par le continent Africain qui a doublé sa population depuis seulement 1980 et a franchi le milliard d’habitants en 2009 (l’Afrique subsaharienne, hormis l’Afrique du Sud, atteint un taux de fécondité record avec 7 enfants par femme et 45% des Africains ont moins de 15 ans). L’Amérique latine (y compris les Caraïbes) réunit 594 millions d’habitants, l’Amérique septentrionale 354 millions, l’Europe 733 millions et l’Océanie 360 millions.

Les taux de fertilité les plus bas se rencontrent en Europe où la fécondité moyenne est tombée à 1,6 enfant par femme (2008). On est bien loin des «performances» du Baby Boom (1945-1965) où l’idéologie égoïste et anthropocentrique de la reproduction se voyait stimulée par l’après-guerre. On assiste ainsi à un effondrement des naissances dans les 27 pays de l’Union européenne, lesquelles naissances restent encore mais de justesse plus nombreuses que les décès (léger excèdent de 509.000 naissances en 2009), mais le chiffre pourrait être négatif dans les années à venir. Une certitude: sans le flux migratoire, la population européenne ne pourrait pas se maintenir. Presque toute l’Europe est ainsi devenue dénataliste. Avec quelques pays nordiques, la France tente de maintenir le défi de l’idéologie procréatrice avec un indice qui de 2009 à 2010 passe «glorieusement» de 2 à 2,01, c´est du moins ainsi que les médias ont annoncé ces jours-ci la victoire! Il ne faut pas grand-chose pour être fier: un boom nataliste de 0,01 enfant! Pathétique triomphe pour l’Hexagone qui jusqu’en 1795 comptait la troisième population au Monde derrière la Chine et l’Inde! C’est l´Espagne (1,4), l’Allemagne (1,35) et un certain nombre de pays de l’Est qui attestent la fécondité la plus modérée et écologiquement la plus solidaire.

La fertilité des couples européens est partout insuffisante pour assurer le simple remplacement des générations si 2,1 enfants/femme est choisi comme référence d´une croissance zéro. On peut distinguer en Europe deux groupes de pays. Les pays à fécondité faiblement déficitaire et ceux à fécondité fortement déficitaire. Dans le premier groupe se trouvent la Scandinavie (y compris la Finlande), les Îles britanniques (Irlande et Royaume-Uni) le Benelux et la France. Le groupe fortement déficitaire comprend l’Europe centrale (y compris l’Allemagne) et orientale, ainsi que tous les pays méditerranéens de l’UE. L’ensemble de ces pays vont connaître un crash démographique à moyen terme d’ici 2040, sauf immigration massive.

Dans le reste du Monde, le Japon affiche un taux de 1,4 et la Chine à peine davantage avec 1,7. Les États-Unis ont une fertilité de 2,1 enfants par femme, chiffre boosté par le grand nombre d’immigrés (quelque 675.000 visas sont accordés chaque année). L’indice de l’Inde et de l’Égypte est de 2,8, deux pays déjà littéralement minés par la surpopullulation. En Afrique, les taux sont fort dissemblables puisqu’ils vont de 2 enfants par femme dans les pays du Maghreb jusqu’à une fourchette de 7 à 8 en Ouganda, au Mali et au Niger, en passant par une majorité de pays africains où l’indice est de 4 à 6 enfants par femme.

La Chine et l’Inde abritent un tiers de la population mondiale et sont perçus comme les futurs leaders économiques de la Planète à l’horizon 2050. En dépit de ses efforts de limitation populationnelle, la Chine supporte une incommensurable dégradation environnementale. La diminution accélérée du territoire forestier et la baisse de fertilité des sols y sont gravement avancées, pertes irréversibles auxquelles s’ajoutent la dangerosité des nouvelles formes de pollutions diverses. Le développement économique du pays le plus peuplé de la Planète est donc concomitant à l’effondrement de ses valeurs écosystémiques et à l’érosion de ses ressources naturelles. Par ailleurs, si le dictat de l’enfant unique a tout de même permis d’éviter le pire en matière écologique, il en résulte de fâcheuses conséquences. D´abord sur le sex-ratio puisque, les traditions chinoises privilégiant le sexe masculin, il serait né 38 millions de garçons de plus que de filles depuis 1980 jusqu’à aujourd’hui. Ensuite sur le plan socio-économique puisque la Chine est devenue vieille avant de devenir riche. Il s’agit là d’un vrai et cruel paradoxe qui touchera tous les pays faisant preuve de dénatalité et que l’on peut résumer par une formule: faut-il sauver la Planète ou les caisses de retraite?

Les enfants nés actuellement dans le Monde peuvent espérer vivre en moyenne 65 ans, ce qui représente une amélioration de 9 ans par rapport à la fin des années 1960. Mais la disparité est grande et représentative de la fracture Nord-Sud: si dans les pays développés la longévité moyenne peut atteindre 76 ans, elle ne dépasse pas 52 ans sur le continent Africain (guerres, épidémies dont le sida). C’est en Asie que l’espérance de vie a le plus augmentée, passant de 54 (1960) à 69 ans (2007). L’espérance de vie des femmes est partout supérieure, voire nettement supérieure à celle des hommes (84 ans pour les unes et 77 pour les autres en France en 2006).

En 1900, 90% du 1,6 milliard de Terriens étaient des rurauxAujourd´hui, la moitié de la population mondiale vit dans les villes et cette concentration urbaine sera de plus de 60% dès 2030, avec 3 milliards de nouveaux citadins dans les 30 ans à venir. Si New York était la plus grande métropole en 1950, avec 12 millions d´habitants, la relève sera assurée par Tokyo en 2015, avec 36 millions.

Derrière tous ces chiffres se cache un grave problème : celui de la disparité sociale entre pays riches et pays pauvres. Un milliard de gens sont sous-alimentés.

Tant de monde pour si peu de ressources; tant d´égoïsme et si peu de partage

«La Terre peut nourrir 30 milliards d’individus s’ils devaient vivre comme les habitants du Bangladesh, et seulement 700 millions s’ils devaient tous vivre comme des Européens.» Le Quid 2001

«Une étude des Nations unies (en 1970!) pose la question suivante: Étant donné la capacité agricole et industrielle mondiale, le développement technologique et l’exploitation des ressources, combien de personnes pourrait-on faire vivre sur Terre avec le niveau de vie actuel de l’Américain moyen? La réponse est: 500 millions tout juste.» Arne Næss

Les riches fabriquent des pauvres et la surpopulation détruit la Terre

Il y a crise écologique lorsque le milieu de vie d’une espèce ou d’une population évolue sur un mode défavorable à sa survie. La surpopulation est un état démographique caractérisé par une insuffisance des ressources disponibles pour durablement assurer la pérennité d’une population ou de sa descendance, sur un habitat territorial (local, régional, national, continental ou planétaire). Appliquée à l´humanité, la notion de surpopulation est évidemment relative. En effet, comme l’ont noté Thomas Malthus, ou Karl Marx (chapitre XXV du Livre I du Capital intitulé «La loi générale de l’accumulation capitaliste»), son seuil dépend de la consommation individuelle et collective de ressources qui ne sont pas, qui sont peu, difficilement, lentement ou coûteusement renouvelables. Il dépend aussi de l’accès (plus ou moins équitablement partagé) à ces ressources. Mais selon Claude Lévi-Strauss: «La surpopulation est le problème fondamental de l’avenir de l’humanité», avis auquel se sont rangés d’innombrables auteurs concernés, comme par exemple le Commandant Cousteau: «Nous périrons sous les berceaux. Nous sommes le Cancer de la Terre ; la pullulation de l’espèce humaine est responsable d’une pollution ingérable par la nature. Cela est tellement évident qu’on se demande de quel aveuglement sont frappés nos dirigeants ».

Dans son rapport 2009 du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), l’ONU lança un appel dénataliste pour attirer l’attention internationale sur le fait que la natalité galopante des pays en développement était l’un des principaux moteurs du réchauffement climatique et l’un de ses premiers risques. À mon avis et sur la lancée, il eut été plus séant d’assimiler à de pareilles recommandations les pays occidentaux les plus pollueurs en les incitant tout autant à limiter leurs naissances, à un niveau encore plus drastique, sachant qu’un enfant nord-américain ou européen (et l’adulte qu’il sera) est quinze ou vingt fois plus pollueur qu’un enfant nigérien ou iranien.

Il faut d’urgence aider les femmes à faire moins d’enfants pour lutter contre le péril climatique, tel était le message martelé. La recommandation d´une limitation des naissances comme remède au réchauffement du climat intervenait juste avant un Sommet de Copenhague qui nous était alors présenté comme un ultimatum incontournable, mais dont le cuisant échec ne fit finalement ni chaud ni froid à personne! Le ton de l’appel onusien n’avait surpris que les démographes les plus compromis dans le capitalisme et le socialisme industrialiste à tout crin, ceux qui pensent qu’un sempiternel développement est possible sur une Planète finie, ou qu’il suffirait de le baptiser «durable» pour qu’il le soit, et que si la Terre s’alourdit chaque semaine de plus de 1,5 million d´habitants, la population mondiale va, par on ne sait quel miracle, se stabiliser en douceur à plus ou moins 9 milliards en 2050, et que la bombe démographique annoncée dans les années 1960 a déjà fait pschitt. Quand un démographe n’est pas seulement comptable mais qu’il est enrichi par un tant soit peu d’écosophie, ses cheveux doivent déjà se dresser sur sa tête à la lecture des chiffres 7 ou de 9 milliards, sachant que les 3 milliards des années 1960 posaient déjà problème. Une preuve en est que le Fonds des Nations unies pour la population explique que la croissance démographique dans le monde est à l’origine de 40 à 60% des émissions de gaz à effet de serre depuis 1820. Et en 1820 nous n’étions guère davantage qu’un milliard de terriens. Mais déjà pollueurs et embarrassants, faut-il croire. L’étude connue des carottes de glaces extraites de l´Antarctique et du Groenland attestent que l’augmentation de ces gaz à effet de serre a même commencé il y a presque deux siècles, mais qu’elle s’avère de plus en plus rapide depuis quelques décennies, suivie par un accroissement de la température terrestre moyenne. Une meilleure gouvernance mondiale de la planification familiale, des soins de santé reproductive et des relations entre les sexes pourraient donc avoir d’autant plus d’influence sur l’évolution du climat maintenant que nous sommes 7 milliards, qu’on ne va pas s´arrêter là et que notre humanité doit s’adapter à une hausse progressive du niveau des mers, à des tempêtes de plus en plus violentes et à des sécheresses de plus en plus prégnantes, ainsi qu’au dramatique déclin des ressources sur lesquels nous dormons sur nos deux oreilles, notamment à la raréfaction des énergies fossiles dont nous dépendons, agriculture comprise, à 100%. L´ONU a insisté sur les femmes qui ont un rôle primordial à jouer, non seulement pour le contrôle des naissances, mais aussi parce qu’elles gèrent les ménages et que leur prééminence est immense dans la production alimentaire des pays en développement. «Il n’y a pas d’investissement dans le développement qui coûte si peu et qui apporte des bénéfices si immenses et de si vaste portée», plaidait Thoraya Ahmed Obaid, la directrice exécutive du FNUAP.

Selon l´OPT (Optimum Population Trust), donnée souvent reprise par le député écologiste français Yves Cochet, les couples qui ont 3 enfants, au lieu de 2, augmentent leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) d’une quantité équivalente à celle émise par 620 vols aller-retour entre l’Europe et l’Amérique. La Terre pourrait supporter les 9 milliards d’habitants que nous devrions être en 2050, mais à la stricte condition qu’il ne s’agisse que de paysans ne demandant que leur nourriture. La Planète ne pourra offrir à 9 milliards d’humains les possibilités de pouvoir prendre l’avion, de manger des fraises en hiver ou des mangues en Scandinavie, d’entretenir piscines et terrains de golf, et encore moins de rouler dans des voitures, surtout électriques! «S’il y a déjà des hommes de trop sur cette Terre, ces hommes de trop sont ceux qui se montrent exigeants, autrement dit ce sont des gens de l’Occident», avait déclaré le généticien et humaniste Albert Jacquard.

Si la procréation peut-être bien ressentie vue de l’intérieure d’une famille, ses effets excessifs constituent à n’en point douter l’une des principales menaces qui accable l’humanité. Pour les plus démunis, elle est synonyme d’un surplus de misère, tant matérielle que psychologique; pour les mieux nantis, d’un surcroît de pollution comme de renchérissement de l’espace disponible; pour la collectivité, d’une encombrante promiscuité et d’une compétition accrue, ici pour survivre coûte que coûte, là pour gravir les privilèges de la pyramide sociale. La reproduction est un phénomène naturel à toutes les espèces, et notamment chez celles opportunistes qui doivent dominer leur habitat. Cela existe chez les rats, les cafards, les mouches ou les papillons. L’homme, dont l’instinct est fondu à la conscience, primate calculateur par excellence, a conceptualisé cette tendance naturelle afin d’en tirer la meilleure stratégie pour un avenir tribal, familial, nombriliste, longévif, celle qui consiste à assurer sa descendance, et par là même la sécurité de ses vieux jours. Avant les progrès du XXe siècle en matière d’hygiène et de prophylaxie des maladies infectieuses, la mortalité infantile justifiait une surfécondation, par ailleurs toujours soutenue par les pouvoirs séculiers inspirés des religions dogmatiques dont le Livre assure que le destin des progénitures sera placé sous les auspices de Dieu. Puis les pandémies, les famines ou les massacres belliqueux étaient là pour écrémer l’excédent populationnel. Et chaque fois, de nouvelles velléités procréatrices portaient les gens à refaire des petits à la louche. Et puis, il fallait des soldats pour défendre les valeurs subjectives des uns contre les autres, des autres contre les uns. Dorénavant, si nous ne sommes pas encore délivrés de nos emprises religieuses, de nos tabous, devoirs imposés et autres vieux démons, nous savons néanmoins contrôler nos naissances. Les hauts risques d´une multitude de la fourmilière humaine peuvent ainsi cautionner l’éventuel dommage d’«assassiner Mozart» (ou Hitler!) pour reprendre un déjà vieux slogan tout aussi déplaisant que réactionnaire qui militait contre l’interruption volontaire de grossesse. Les cinq ou six dernières décennies ont vu le triplement de la population humaine, ainsi répartie: de 1,4 à 4,2 milliards pour celui Asiatique, de 220 millions en 1950 à plus d’un milliard actuellement pour le continent Africain, de 330 à 950 millions pour le continent Américain et de 400 à 733 millions enfin pour l’Europe. Les chiffres sont partout délirants, sauf pour l´Europe qui n’a enflé que d’à peine 50%.

Si vous estimez que nous n’avons aucune responsabilité, ni vis-à-vis des 11 millions d’enfants qui meurent chaque année avant d´atteindre leur cinquième anniversaire, ni à l’endroit des espèces végétales et animales dont nous usurpons les niches écologiques et qui disparaissent à la vitesse grand V, que notre reproduction n’est pas excessive ou en tout cas acquittée de telles accusations, alors oui, faites encore et encore des enfants. Mais faites vite!

Pour quelques milliards de plus

2050, 2100, 2300: sauf décroissance à un taux inespéré, voire implosion utopique résultant d’un hiver démographique et d’un soudain gel des naissances, 9, 17, 36 milliards sont les chiffres effarants annoncés. Le scénario le moins favorable et le plus plausible annonce une humanité qui reste fortement diversifiée dans ses comportements, avec des clivages économiques et culturels très forts induisant des disparités davantage prononcées. Jusqu’où sauront nous aller trop loin, générer la cohorte jusqu’à l´asphyxie? Quel serait le point de non-retour de cette hallucinante fabrique de vies ratées, malheureuses, inutiles?

La population humaine continue de croître mais à un rythme plus tempéré. Cette incidence en baisse n´est rien compte tenu de l’excroissance populationnelle acquise. Un retour à une charge compatible semble quasiment impossible sans une politique mondiale volontariste. La modération observée est le fait des pays riches industrialisés où le renouvellement générationnel n’est plus assuré, exception faite des États-Unis où les populations immigrées se chargent d’entretenir une incidence démographique en hausse. L’ONU prévoit une telle baisse démographique en Allemagne, en Italie, au Japon, en Russie et dans la plupart des États issus de l’éclatement de l’ancienne Union soviétique. Mortalité basse et fécondité extrêmement basse, dans ces conditions, la population de ce groupe de pays, d’actuellement 1,2 milliard de personnes, ne devrait pas augmenter d’ici à 2050. Une démotivation aux valeurs de la fécondité, une famille éclatée de plus en plus réduite au couple quand ce n’est pas à un seul parent, une infertilité masculine croissante et une planification des naissances majoritairement adoptée sont quelques-uns des facteurs limitants. Une autre cause de cette accalmie mondiale est la propagation du sida, pandémie qui réduit le taux de longévité dans des proportions considérables, comme en Afrique australe où l’espérance de vie a chuté de 62 ans dans les années 1995 à seulement 48 ans pour la période 2000-2005.

Ironie du sort ou instinct de survie contreproductif, la densité humaine sera beaucoup plus élevée dans les pays pauvres qui éprouvent déjà les pires difficultés à assurer la sécurité alimentaire de leurs ressortissants. Dans ces contrées, le contrôle de la natalité est pratiquement inexistant et les familles de cinq à huit enfants sont la norme. Au Burkina Faso, au Congo Brazzaville, au Burundi et en République démocratique du Congo, en Guinée-Bissau, au Timor Oriental, au Liberia, en Ouganda, au Mali, au Niger et au Tchad, tout comme en Afghanistan, les populations vont tripler avant le terme de ce demi-siècle.

La courbe générale est peut-être à un ralentissement de la croissance démographique et à une lente stabilisation de la population globale, en comparaison aux vives progressions des 50 dernières années. En dépit de ce répit, 2050 verra tout de même un effectif minimum de 9 milliards de terriens, notamment fourni par la Chine et l´Inde. À la même période, cette dernière nation surpassera la Chine et sera en tête de liste des pays les plus peuplés. La moitié des humains habiteront alors l´Inde et la Chine.

L´an 2300: quand nous serons 36 milliards, ou ne serons plus

Un rapport de démographie fiction récemment produit par l´ONU s’intitule éloquemment: La population mondiale entre explosion et implosion. Cette projection de la démographie mondiale pour 2300 sert d’outil pédagogique permettant aux terriens d’entrevoir vers quel type de mur ils se dirigent et de prendre conscience, dès maintenant, de la responsabilité de fertiliser ou non. La population globale continuerait à amplifier modestement jusqu’en 2075, avant de se stabiliser, ou bien d’exploser ou d’imploser, selon que la fécondité se maintient supérieure au niveau de remplacement des générations ou reste durablement inférieure. L’explosion (à 36,4 milliards d’habitants en 2300) ou l’implosion (à 2,3 milliards) apparaissent comme des scénarios catastrophes.

Selon les démographes, la situation est grave mais pas désespéré! Pourtant, la survie de l’humanité dépend du possible, et non de l’impossible. La Terre n’est ni extensible, ni rechargeable. Combien nous faudra-t-il de planètes si nous continuions ainsi à nous reproduire?

« Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou, ou un économiste ». Kenneth Boulding

« Celui qui croit qu’une démographie exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou, ou un démographe ». Michel Tarrier

7 milliards, le bilan (National Geographic Magazine) :

http://www.youtube.com/watch?v=sc4HxPxNrZ0&feature=player_embedded


 

Pas de combat écologique sans une lutte solidaire contre la surnatalité!

FAIRE DES ENFANTS TUE… LA PLANÈTE

Éloge de la dénatalité, le petit livre vert de la démographie

Michel Tarrier, 180 pages, Éditions LME

La nouvelle édition actualisée et complétée sortira début février

Réservez l’ouvrage dès maintenant et pour moins cher :

http://www.amazon.fr/Enfants-Tue-Planete-Tarrier-Michel/dp/2360260197

Advertisements