LES TRAHISONS DE L’ÉCOLOGIE

Posted on 28 juin 2011

0


LES TRAHISONS DE L’ÉCOLOGIE

 

 

 

Entre le meurtre et le fait de tuer un animal non-humain, il y a une différence de degré, pas de nature.

Or, l’humain est le seul animal qui tue par plaisir, sans aucune nécessité, qui torture les autres êtres sensibles qu´ils appartiennent à son espèce ou à d’autres espèces.

Aucun autre animal n’est assez cruel pour concevoir la corrida et la chasse loisir, la chambre à gaz et la torture à l’électricité.

Les autres prédateurs tuent et font l’apprentissage de la capture des proies et de leur mise à mort dans l’unique dessein de se nourrir, par pure nécessité physiologique.

Serait-ce cela le propre de l’homme ?

L’observation « entomologique » de l’espèce permet heureusement de conclure négativement.

En effet, l’immense majorité des humains s’abstient volontiers de jouir de la souffrance, de l’agonie, de l’effroi d´un être vivant supplicié pour assouvir d’odieux instincts ou des haines tribales, racistes ou spécistes.

Les tueurs, les tortionnaires ne sont jamais qu’une infime minorité, ici, maintenant, comme partout et toujours.

L’idéologie du mépris, l’amputation de la sensibilité et de la conscience génèrent des comportements qui traversent toutes les forces sociales ayant la mort pour finalité.

Parmi ces modes d´agir des pourvoyeurs de mort, vous découvrirez leur propension constante à endoctriner, acculturer, formater la jeunesse pour empêcher l’humain en devenir de se livrer à un libre examen rationnel exempt de conditionnement, des faits sociaux.

Des Hitler Jügend aux Komsomol, tous les fascismes visent la jeunesse.

Nous, écologistes biocentristes, n’avons aucun besoin de pervertir l’enfance et d’imposer des préjugés imposteurs.

Nous parlons à l’intelligence des humains sans chercher à les embrigader.

Nous ne voulons pas asservir, dès l’école, à l’opposé de ce que firent toujours les tueurs, mais élever, libérer la raison, développer la sensibilité.

Philosophiquement, l’écologie se fonde sur une nouvelle approche du vivant, sur la sublimation de l’instinct de mort en volonté de vaincre l’adversité pour autrui et pour soi-même, en amour d’une nature diversifiée, généreuse, productive de vies.

Mais, présentement, cette philosophie est trahie par ceux qui, mus par des ambitions carriéristes, en mal d’étiquettes partisanes, choisissent de concourir en Vert non sans avoir un temps hésité à se faire centriste ou social-démocrate.

L’écologie, idée neuve, idée altruiste et féconde, s’étiole, s’abîme, se brouille par la récupération de politiciens qui mériteraient de militer au parti radicalo-socialo-libéral, au Centre à géométrie variable, à l’union des « planqués du juste milieu », là où l´on peut se rallier au vainqueur du jour, histoire d’obtenir prébendes et faveurs, honneurs et fonctions lucratives.

Comment démasquer les imposteurs qui ne sont « écologistes » que par pur hasard et qui auraient pu être autre chose ?

Très simplement : l’égaré ou l’imposteur considère la corrida comme un « détail de la culture ibérique » et la chasse à courre comme un « détail de la mentalité des pesants notables de province ».

Tolérer la torture, un loisir de mort, pratiquer la négation du caractère sensible des êtres représentent une trahison de l’éthique écologiste.

En 2011, en ce pays, il nous a été donné de lire, émanant d´un candidat aux primaires de l’écologie des propos incompatibles avec l’éthique du respect du vivant.

Il est vrai que les socialistes ne le sont plus guère, que les communistes ont presque disparu, que les fascistes se veulent présentables, que les agents du Marché avancent masqués au point de capter les voix de gens normaux, d’exclus du « premier cercle », que, déboussolés, les citoyens ne savent plus distinguer la gauche et la droite, que tout est dans tout !

Alors, des écologistes qui tolèrent la torture d’un malheureux taureau et qui ne s’insurgent nullement contre le fait que des archaïques puissent harceler un cerf pendant cinq heures avant de le poignarder ne nous surprennent plus !

La société du spectacle, le rôle de pure composition des acteurs publics, le nihilisme déprimé édulcorent et enfument les idées.

La barbarie, à l’abri de la tolérance et du relativisme niais, tisse sa toile sanglante et hideuse sur le monde, des arènes de Nîmes aux geôles de la police syrienne avec partout l’odeur de mort que répand l’espèce élue.

Silence : il est politiquement correct de regarder ailleurs et de cultiver les multiples peurs collectives.

Or, face aux tourments que des humains mauvais infligent à d´autres humains et aux autres animaux, ce n’est point de peur qu´il nous faut, mais d’une puissante colère.

Gérard CHAROLLOIS

Convention Vie et Nature

Mouvement d’écologie éthique et radicale pour le respect des Êtres vivants et des équilibres naturels.

_____________________________________________________
Michel R. TARRIER
Écologue, écosophe, polémiste
tarrieri@wanadoo.es / micheltarrier@gmail.com
http://www.amazon.fr/Dictature-verte-Tarrier-Michel/dp/2812701404
“L’obligation de subir nous donne le droit de savoir.” Jean Rostand