– comment les riches sauvent leur planète…

Posted on 1 mars 2011

0


Billet envoyé le 14 janvier 2010 par Michel Tarrier

COMMENT LES RICHES SAUVENT LEUR PLANÈTE…

Monsieur Biodiversité est un banquier

« Maintenant on pourrait presque enseigner aux enfants dans les écoles comment la planète va mourir, non pas comme une probabilité mais comme l’histoire du futur. On leur dirait qu’on a découvert des feux, des brasiers, des fusions, que l’homme avait allumés et qu’il était incapable d’arrêter. Que c’était comme ça, qu’il y avait des sortes d’incendie qu’on ne pouvait plus arrêter du tout. Le capitalisme a fait son choix : plutôt ça que de perdre son règne. » Marguerite Duras

Circulez, y’a plus rien à voir ! C’est ce que nous avons bien compris à Copenhague, lorsque fleurirent les matraques vertes. Le temps de la fleur au fusil est donc révolu. C’est la guerre sainte pour s’approprier le secourisme écologique au pied de la haie des lamentations.

L’ONU a trouvé son homme emblématique pour représenter le déclin de la biodiversité, tout en le chiffrant. Il n’est bien entendu pas Aborigène et n’a aucun lien avec les peuples premiers, ce serait un sacrilège, mais peut-être choisira-t-il un ou deux sauvages pour décorer sa vitrine. Il n’est pas, non plus, biologiste intègre, écologue hirsute, naturaliste illuminé ou agronome décroissant. L’homme élu expert est Homo sapiens economicus, ce qu’on fait de mieux dans la manufacture du comportement. Pavan Sukhdev, Monsieur Biodiversité de l’ONU, dirige le département des marchés de la Deutsche Bank à Bombay et assure mettre ses talents (lesquels ?) au service de la Nature (laquelle ?).

Alors ça, quelle surprise ! Et c’est bien, parce qu’il sait de quoi il retourne à propos de la spoliation des ressources et du Vivant, de l’agression commise à la biosphère. Les braconniers repentis ne sont-ils pas les meilleurs experts en matière de conservation des richesses naturelles ? Encore qu’il est loin de la repentance puisque l’année de la biodiversité ne propose, en guise de rustines, que d’en comptabiliser les valeurs inestimables sur l’autel boursier. Voilà donc les marchands du temple, éternels équarisseurs, au chevet des restes de leur cadavre.

Chez nous, Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno, se sont évidemment félicités du choix de l’économiste Pavan Sukhdev, dont les travaux « constituent une contribution essentielle aux connaissances plus approfondies et à la meilleure compréhension dont nous avons besoin pour pouvoir prendre les bonnes décisions politiques en matière de conservation et d’utilisation de la biodiversité et des services des écosystèmes ». C’est de la langue de bois digne du pic forestier (ce pic n’est pas le pic vert, oiseau menacé par les insecticides, mais le sombre pic de la déforestation…).

Il est clair que par une série de tours de passe-passe, les capitalistes nous font accroire qu’ils vont moraliser et écologiser leur système. Il est inutile de démonter leur démarche pour l’appropriation du Vivant qui n’est, pour eux, qu’un « biocapital » vert, il ne faut pas être fin exégète pour le comprendre, pour se rendre à l’évidence : ce système qui fit le mal en détruisant toutes les valeurs naturelles et humaines sur son passage, prétendra faire désormais le bien par une action sournoise et faussement secouriste. C’est le coup du pompier pyromane. Sur la planète franco-française, le Grenelle de l’environnement fut l’une des premières gesticulations du tout-Neuilly franchouillard en ce sens. En passant le relai aux agresseurs de la biosphère, Al Gore tout comme Hulot et son pacte leurs permirent de porter désormais le masque de l’écologisme, de s’en recommander et de vider toutes opposition, résistance, dissidence qui en étaient dès l’origine les dépositaires « agréés » de sa moindre raison d’être. Les ultralibéraux excellent dans la chasse aux mouches et à la moindre opposition.

Tout comme le capitalisme né de l’anthropocentrisme monothéiste est coupable et responsable de l’état de misère d’Haïti, c’est le même capitalisme qui envoie ses secours au chevet de ses victimes. Pour les plus naïfs, je précise qu’un séisme sur une société moins affaiblie n’aurait pas fait autant de morts, comme il en était du Tsunami de l’Océan Indien en 2004, sur un littoral à la mangrove protectrice déboisée. Détruis l’environnement et l’environnement te détruira.

Le débat réunissant hier (mercredi 13 janvier 2010) dans l’émission Ce soir ou jamais, Slavoj Zizek, Guy Sorman, Cinthy Fleury et André Glucksman, était édifiant par le fait qu’autour de la fin du capitalisme mis en débat, pas une seconde ces participants de tous horizons politiques n’ont évoqué le mal fait à la Terre par un système dont l’essence même est de la ronger jusqu’au trognon. Idées courbes, ou habituelle carence de cordon ombilical avec les élémentaux d’une naturalité à laquelle nous ne survivront pas ? Il n’en demeure pas moins que notre Terre-mère, cette planète vivante qui nous alloue sa maison du Quaternaire, ne compte de représentant que lorsqu’il s’agit d’en faire commerce.

L’excellent Hervé Kempf peut rentrer chez lui ou réviser sa notion : ce ne sont pas les riches qui détruisent la planète, ce sont eux qui la sauvent ! Tout ami de la Terre refusant de travestir le capitalisme par une économie dite verte peut abandonner le combat. Il n’y a plus rien ni à voir, ni à espérer. Le capitalisme sera “vert” ou ne sera plus. Mais d’une teinte verte si fausse et si manipulatrice qu’elle déteindra au premier soleil, et cette imposture sera la dernière parade.

On peut aussi se poser cette question : pourquoi, depuis les années 1970, le libéralisme économique avait-il tant décrié et diabolisé l’écologi(sm)e pour maintenant s’en mettre jusque-là ? Tel est la preuve d’une manipulation de plus d’un système dont la fourberie n’est plus à démontrer, mais qui reste le miroir aux alouettes du peuple parce qu’il prétend le gaver.

La prochaine entourloupe sera celle de la dénatalité. Après avoir décrié le postulat d’une décroissance démographique jugée honteusement malthusienne et contre tous les grands principes des libertés individuelles, les maîtres du monde ne vont pas tarder à penser dépopulation. Imaginez un peu que certaines nations européennes, sourdes à l’exhortation politico-religieuse de la procréation, n’atteignant même plus leur taux de renouvellement démographique, attestent 4 millions de chômeurs ! Qu’en sera-t-il lorsque les bébés seront adultes ? Alors, il sera proclamé que pour faire moins de sans-emploi, il faut faire moins d’enfants. Et qu’en cas de besoin temporaire, nous puiserons dans la surpopullulation africaine pour accomplir nos basses besognes.

Sujets embrigadés par le bonheur inutile de nos démocraties marchandes : vous êtes coupables de ce qu’on vous fait consommer, des sols que vous avez dégradés, du CO2 que vous émettez, de la biodiversité que vous éradiquez avec vos HLM, vos pelouses, vos piscines, vos fraises d’hiver et vos bagnoles, et demain des progénitures que vous vous complaisez à ajouter à la surcharge des… chômeurs et des sans-papier d’un monde sans respect, mais qui se dit vertueux.

Et n’oublions pas que tout ce cirque qui nous traîne de bulle en bulle n’est qu’un leurre pour tenter de jouer les prolongations : vouloir moraliser le capitalisme, c’est le détruire. MORALISONS-LE !

Bienvenue dans l’immensité sacrée de la biodiversité, Monsieur l’économiste, tête de gondole onusienne, vous dont toutes les cellules sont en phase avec le Vivant (tu parles…), vous qui, au travers de l’Arbre, ne voyez que les planches que bio-indique votre immonde calculette.

Cette sixième extinction massive des espèces est la première à la charge de l’homme, mais strictement de l’homme marchand. Notre cécité écologique a dénié la finitude d’un monde surestimé rechargeable, extensible. Il n’y aura pas de suite, ce qui est consommé est consumé. Ce qui est pris n’est plus à prendre.

« Vous êtes prisonniers d’un système de civilisation qui vous pousse plus ou moins à détruire le monde pour survivre. » Daniel Quinn

Nous, peuple dernier ? Assurément !

Actu à propos du banquier de la biodiversité :
http://www.actu-environnement.com/ae/news/economie_biodiversite_930…
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/nature/20100111….
http://www.developpementdurable.com/economie/2009/11/A3523/enquete-…
——————————————————————————–

http://www.amazon.fr/Nous-Peuple-Dernier-Survivre-Bientot/dp/229610…
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2237_biodiversite_ban…